If one word sums up YSC, it is: Integrity

Plutôt qu’un siège AU à un G-21 : Jeffrey Sachs devrait diriger une coalition de connaissances pour renforcer le pouvoir de réduire, voire d’arrêter, l’exploitation de l’Afrique.

Plutôt qu’un siège AU à un G-21 : Jeffrey Sachs devrait diriger une coalition de connaissances pour renforcer le pouvoir de réduire, voire d’arrêter, l’exploitation de l’Afrique.

Par

Babafemi A. Badejo

Les Nations unies ont organisé un pré-sommet sur les systèmes alimentaires du 26 au 28 juillet 2021, en guise d’introduction à son premier sommet mondial de l’alimentation qui aura lieu en septembre 2021. Lors de cette réunion, Jeffrey Sachs, économiste américain et populaire ainsi qu’envoyé spécial des Nations unies pour les objectifs de développement durable (ODD), a fait une intervention importante. De nombreux Africains ont été enthousiasmés par le fait que Sachs ait demandé que l’Union africaine, qui représente 1,4 milliard de personnes, ait un siège dans un G-20 qui se transforme en G-21. L’attention des médias s’est focalisée sur le caractère symbolique d’un siège pour l’UA, au lieu des nombreuses questions convaincantes que Sachs a répétées avec éloquence.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour télécharger l'article en PDF

Intervention de Jeffrey Sachs G-21 – français

continuer la lecture...

J’utilise le terme “répété” parce que ce système de pensée est issu d’une longue lignée d’agitateurs pour l’indépendance de l’Afrique et d’universitaires tels que le Dr Walter Rodney dans « How Europe Underdeveloped Africa », et plus récemment, le Dr Arikana Chihombori-Quao dans de nombreux discours et vidéos YouTube, et de son ouvrage Africa 101 : The Wake Up Call. Arikana a été renvoyée de son poste d’ambassadrice de l’Union africaine aux États-Unis par l’Union africaine. Beaucoup d’Africains, comme moi, ont considéré que le licenciement d’Arikana était une punition. Elle a osé rappeler que les colonialistes n’ont jamais quitté l’Afrique et a montré comment ils continuent à la dépouiller et à l’exploiter.

Heureusement pour Arikana, elle n’a perdu que son travail. Walter Rodney a perdu la vie. Il a été assassiné en 1980 à l’âge de 38 ans. Je ne sais pas si l’énigme de l’assassinat de Rodney a été résolue. Cependant, cet illustre Guyanais vit à travers ses œuvres comme un grand héros africain méconnu. Le prix Nobel échappera toujours à des gens comme Rodney. Si son œuvre avait été reconnu, cela aurait remis en question l’orthodoxie selon laquelle les problèmes de l’Afrique reposent uniquement sur les épaules des Africains.

Il est extrêmement utile et porteur d’espoir d’avoir un économiste américain qui explique et montre l’importance des dynamiques externes sur le sous-développement continu de l’Afrique. Il a demandé à la réunion de pré-sommet d’examiner l’histoire des raisons pour lesquelles la République démocratique du Congo (RDC) reste dans la tourmente et la pauvreté. Bien qu’Arikana se soit exprimée sur le thème de l’Occident provoquant des troubles en Afrique afin d’en extraire des ressources, Jeffrey Sachs a noté à juste titre les extractions de la revendication de propriété du Congo par le roi Léopold de Belgique jusqu’à l’assassinat par la CIA de Patrice Lumumba et l’installation de Mobutu Sese Seko. Arikana détaille plusieurs assassinats d’autres dirigeants visionnaires d’Afrique ainsi que le renversement d’autres dirigeants par des colonialistes opérant sous un mode différent d’impérialisme appelé néocolonialisme.

Jeffrey Sachs a souligné à juste titre l’extraction de cobalt par Glencore en RDC, sans responsabilité ni obligation de rendre compte des revendications de souveraineté du gouvernement de la RDC, mais en payant des taxes dans le pays d’origine de Glencore pour l’assurance d’une protection continue dans le cadre de la déstabilisation permanente de la paix en RDC – après tout, les armes ne sont pas fabriquées en RDC.

Arikana avait attiré l’attention sur l’exploitation des Africains par le biais de prêts accordés par les institutions mondiales – en particulier par l’Occident, notamment par les institutions de Bretton Woods. Bien sûr, les États-Unis ont conduit certaines puissances européennes, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, à concevoir une Organisation des Nations unies au niveau politique et les institutions de Bretton Woods au niveau économique, non pas pour prendre le « thé », mais pour reconstruire et contrôler le monde en fonction de leurs intérêts, l’architecte étant le primus inter pares (premier parmi les égaux). À l’époque, les égaux se limitaient au Royaume-Uni et à la France. Des droits de veto symboliques ont été accordés à la Chine du Kuomingtang et à l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS), aujourd’hui la Russie. Bien sûr, en termes de symbolisme, l’Égypte, l’Éthiopie, le Liberia et l’Afrique du Sud de l’apartheid avaient une présence symbolique lors de la fondation de l’ONU. Ils n’étaient nécessaires que pour renforcer la prétention d’avoir une entité multilatérale “unie”.

Les revendications des Européens concernant la propriété de l’Afrique ont été ratifiées par le fait que les États-Unis sont allés de l’avant avec la formation de l’ONU sans insister sur l’autodétermination et la nécessité pour tous les territoires d’être libres et à la table des négociations dès le début. Pourquoi les États-Unis, le primus inter pares, devraient-ils insister pour que les Africains aient une place à la table des négociations ? Les Européens les auraient accusés d’ingérence et auraient probablement attiré l’attention sur la situation peu propice des relations raciales en Amérique, une situation qui a profité à l’Amérique et l’a construite sur le dos des Noirs pendant des siècles ?

Pour moi, ce qui est important, ce sont les milliards d’Africains, et non la simple représentation politique de l’envoyé de l’UA au G-21. La présence de l’envoyé de l’UA à la réunion du G-21 ne va-t-elle pas au-delà du protocole consistant à faire siéger un Africain pour des raisons de formalité ? Ne s’agirait-il pas d’un point de référence pour légitimer une représentation symbolique des Africains ?

Comme au début, ni le Secrétaire général de l’ONU ni les présidents des institutions de Bretton Woods n’osent intervenir et demander l’arrêt de l’arnaque et de l’exploitation structurées des Africains. Les dirigeants africains ne sont pas non plus exonérés. La plupart d’entre eux volent leur continent et dissimulent le produit de leur pillage sous la couverture des grandes puissances occidentales. En fait, il y a  une communauté d’intérêts entre les mauvais dirigeants africains et les puissances extérieures qui dépouillent l’Afrique.

Je n’excuse pas l’échec/l’incapacité de la plupart des dirigeants africains à faire avancer l’Afrique, malgré les efforts actifs déployés pour assassiner tous ceux qui semblaient prometteurs pour le développement de l’Afrique. Si certains dirigeants asiatiques ont pu être concentrés et se débrouiller/ se démener dans un sous-développement structuré, il doit y avoir suffisamment d’éternelles excuses pour l’échec/l’incapacité des dirigeants africains à assurer une meilleure vie à leur peuple. Les mauvais dirigeants africains auraient dû reconnaître les chemins épineux du développement et les éviter en créant des voies alternatives. 

Je tire mon chapeau à Jeffrey Sachs même s’il est plus accommodant/docile avec les mauvais dirigeants africains. Après tout, les dirigeants africains chérissent davantage les Occidentaux. Néanmoins, j’apprécie que Sachs ait fait preuve d’actualité lors de son intervention en appelant à l’équité en matière de vaccins plutôt qu’à la monopolisation/monétisation des vaccins en ce qui concerne la pandémie mondiale de Covid-19. Sachs a fait remarquer que les États-Unis ont pu, à eux seuls, lever 7 000 milliards de dollars de prêts – à taux zéro – pour lutter contre le fléau, alors que les Africains n’ont pas levé un sou, un centime ou un yuan. Il a donc été possible pour l’Occident de mettre en œuvre des mesures de confinement/protection avec un peu de visage humain (diminuer le nombre de personnes dans les rues), contrairement à ce qui s’est passé en Afrique.

Comme d’habitude, les dirigeants africains ont trouvé plus facile de refuser les dons de vaccins dans le cadre de l’accord COVAX. Je dois être reconnaissant aux contribuables occidentaux d’avoir reçu deux doses de vaccins AstraZeneca grâce à cette modalité/formule, même si les intérêts européens disent maintenant que les vaccins AstraZeneca produits en Inde n’auront pas les mêmes droits que ceux fabriqués en Europe et probablement en Amérique.

Bien sûr, les Africains sont naïfs s’ils pensent que les petits vaccins reçus le sont par amour. Déclarer que la version indienne d’AstraZeneca n’est pas à la hauteur de la facilité de passage en Europe montre l’intérêt privilégié à long terme des flux financiers sur les achats de vaccins. Cet intérêt matériel est distinct de la crainte des mutants Covid-19 qui préoccupent l’humanité en général. Le relatif abandon de l’Afrique sur le virus Ebola en dit long puisque ce virus n’était pas aussi virulent en dehors de l’Afrique.

Nous devrions abhorrer les gestes symboliques. En général, ils jouent sur l’intelligence des gens. Ils donnent également de fausses impressions, ce qui, dans ce cas, est la prétention de faire venir 1,4 milliard d’Africains à la table des négociations. Je présente donc mes excuses à Jeffrey Sachs pour ne pas être d’accord avec son appel en faveur d’une ONU plus forte tout en souhaitant un siège pour l’Union africaine au sein du G-21 proposé.

A la fin de la guerre froide en 1990/1991, les pays faibles ont appelé à un nouvel ordre mondial dans lequel les Nations Unies seraient un coordinateur plus fort de notre monde pour de bon. Boutros Boutros-Ghali s’est laissé emporter et a cru que l’appel était réel. Il l’a appris à ses dépens, car le tapis a été tiré sous ses pieds et il est devenu le seul secrétaire général des Nations unies, à ce jour, à ne pas être élu pour un second mandat. Il a trop compté sur les Français pour le sauver en continuant à opposer son veto à Kofi Annan dans l’espoir que la décision serait transmise à l’Assemblée générale qui se liguerait contre l’Amérique et lui accorderait un second mandat. Les Français ont négocié et ont levé leur veto sur Kofi Annan et l’histoire s’est écrite avec un homme noir à la tête de l’ONU. Kofi Annan a également pensé qu’il pouvait être audacieux dans son second mandat et dire la vérité telle qu’il la concevait. Il a failli être renvoyé. En résumé, seuls les pays faibles aspirent à un multilatéralisme fort.

D’après les antécédents, à quoi sert à un envoyé de l’Union africaine d’avoir un siège dans un G-21 pour se joindre à : Afrique du Sud, Allemagne, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, République de Corée, Mexique, Russie, Turquie, Royaume-Uni et Union européenne ? Pour moi, à pas grand-chose.

Le fait d’être à la table ne devrait pas être dû au fait que l’Afrique a une population de 1,4 milliard d’habitants. La présence au G-21 devrait être basée sur la somme de la valeur nette matérielle de l’Union africaine qui apporte des contributions valables. En oubliant le Nigeria, le G-20 a la présence symbolique de l’Afrique du Sud. Quelle nourriture la représentation sud-africaine aux réunions a-t-elle mise sur la table en Afrique ? Quelle serait l’utilité d’une présence protocolaire à la table, sans pouvoir de décision ? La présence de l’UA empêchera-t-elle les entreprises occidentales de poursuivre le sous-développement de l’Afrique ? Lèvera-t-elle la résistance européenne à la fabrication de vaccins par les Africains grâce au partage de leurs connaissances ? Au contraire, cette présence symbolique légitimerait une perception erronée que Jeffrey Sachs vend par inadvertance : celle d’un G-21 multilatéral qui se retournerait et commencerait à servir les intérêts des Africains en matière de développement.

Le pouvoir existe pour soutenir les intérêts. Dans le cadre de l’idéologie compétitive occidentale, par opposition à l’idéologie “Omoluabi” yoruba (caractère et intégrité imprégnés d’un esprit de partage) ou à l’idéologie “Ubuntu” zoulou (esprit “je suis parce que tu es”), il serait naïf de croire que l’octroi d’un siège à l’Union africaine permettrait de protéger les intérêts africains. C’est une plaisanterie de demander une augmentation des impôts pour les 2700 milliardaires de notre monde afin de permettre à un enfant africain d’avoir accès à l’eau potable ou de réduire le taux de mortalité maternelle en Afrique, sans parler de s’assurer que les Africains jouissent de la plus grande liberté, ce que j’avais présenté comme une situation idéale pour bénéficier de la somme de tous les ODD sur lesquels Jeffrey Sachs conseille l’ONU.

Je n’ai aucun problème si les trois milliardaires désireux de créer des goûts luxueux et de contrôler les voyages dans l’espace vont vivre dans l’espace et laisser leurs milliards derrière eux avec pour instruction d’utiliser leurs ressources pour réaliser les ODD comme Sachs l’a suggéré dans son intervention. Mais nous savons que l’idéologie dominante sur terre ne soutient pas une telle orientation. Leurs milliards respectifs seraient investis dans des acquisitions matérielles supplémentaires, qu’ils en aient besoin ou non.

Au fait, notre monde a-t-il vraiment besoin d’un G-21 alors que tant d’agences de l’ONU font de leur mieux mais sont délibérément sous-financées, comme l’a fait remarquer à juste titre Jeffrey Sachs ? La Ligue des États arabes (LEA), l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), l’Organisation des États américains (OEA), etc., ne devraient-elles pas avoir droit à leurs sièges respectifs dans un G-24 ? Plus important encore, la suggestion de Sachs ne va-t-elle pas miner davantage les Nations unies ? Je suis sûr que lui et moi sommes d’accord pour une ONU plus forte, même si je sais que cela n’arrivera jamais.

Pour moi, le professeur Sachs pourrait être d’une grande aide pour les 1,4 milliard d’habitants de l’Afrique, probablement par opposition à leurs mauvais dirigeants, s’il dirige une étude détaillée qui s’appuie sur les pensées de Walter Rodney, Arikana, etc., pour démêler les mécanismes de l’arnaque et de l’exploitation continues des Africains par des intérêts privés activement soutenus par leurs gouvernements nationaux respectifs et les institutions de Bretton Woods, etc. Ces connaissances peuvent contribuer à la mise en œuvre de politiques qui soutiennent les ODD par un nouvel ensemble de dirigeants africains recrutés de manière ciblée.